dimanche 7 février 2016

Death Race 2000




Nous sommes en l'an 2000 et le monde entier n'est alors dirigé que par un seul parti -dictatorial. A bords de leurs bolides agressifs, Mitraillette Joe, Frankenstein, Calamity Jane, Nero, Matilda (respectivement Sylvester Stallone, David Carradine, Mary Woronov, Martin Kove et Roberta Collins) vont s'affronter lors d'une course sanguinaire, retransmise en direct à la télévision. 


Une course de trois jours, durant laquelle, la populasse se délectera des "accidents" et pièges en tout genre. Entre Les fous du volant et Rollerball. La course à la mort de l'an 2000 de Paul Bartel (entre-autre Rock'n'Roll High School et ce Eating Raoul que je recherche désespérément depuis des siècles) et Roger Corman à la production, ce film cynique et rapide (1h 15), est un vrai régal ! 





11 commentaires:

  1. Et pour ceux à qui la vitesse fait peur, il y a Le Bus en Folie qui passe en boucle sur Paramount Channel.)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors celui-là, La course à la mort donc, ce fut avec appréhension qu'il y a quelques années je l'ai regardé vu que je me disais que ce devait être un nanar indéfendable alors qu'en fait pas du tout.
      Au contraire, ce film tient mieux que bien la route (humour quand tu nous tiens...) et bénéficie d'un ton acide et d'une réalisation efficace qui avec son casting out of the world font tout le sel de ce long métrage étrange.
      Quant à Eating Raoul, il me semble qu'il est sorti en dvd l'an dernier en France. Essaye donc de voir si tu ne peux pas te le choper d'occase.

      Supprimer
    2. D'occase il n'y en a qu'un qui le vend à 22€, pfff.. ^
      Mais ce Death Race (écoute, il a je ne sais combien de titres différents sur le net ;p) me fait aussi penser aux films de Mocky par certains côtés.

      Supprimer
    3. Pas faux mais un Mocky plus porté sur l'action alors !
      De ce dingo de Mocky d'ailleurs, j'aime particulièrement ces premiers méfaits cinématographiques avec Bourvil et Francis Blanche (déjà rien que ce duo, il fait rêver, non ?):La cité de l'indicible peur (bien chtarbé celui-là), La grande lessive, L'étalon et Un drôle de paroissien.
      Mais à cette époque, il était également brillant dans des registres plus dramatiques avec des films tels que Solo, Un linceul n'a pas de poches ou bien encore L'Albatros.
      Il faisait alors feu de tout bois et tout le monde en prenait pour son grade tant il était féroce.
      Maintenant qu'il n'est plus, depuis un pacson d'années déjà, que la triste caricature de lui même, il est plus qu'appréciable de se rappeler qu'il fut un temps où se diable d'homme avait bien du talent.

      Supprimer
    4. Du coup tu me fais penser aux sketches de voyants de Pierre Dac et Francis Blanche ;)))
      Génial Un linceul n'a pas de poches (rien que le titre déjà ;P) mais Albatros je ne m'en rappelle plus vraiment, il me semble que c'était très sombre.. Mais c'est vrai que sous des airs de gros délire, tout ça était au final très féroce ;)
      Maintenant il radote un peu, mais faut dire aussi qu'on lui pose toujours les mêmes questions.. ;)

      Supprimer
    5. Bonjour : Ton site est Formidable ;Tiens un lien pour ton film

      http://www.t411.in/torrents/eating-raoul-1982-paul-bartel-brrip-vostfr-x264-ac3-moe

      Supprimer
    6. Doublement merci ;))
      (mais pour le lien, il faut être inscrit non, comment ça marche ?)

      Supprimer
    7. Hello.
      Je l'ai chopé (avec english subs), si tu veux je peux le DropBoxer à Hugo.

      Supprimer
  2. Affirmatif mais le site est tellement connu que tu dois bien avoir quelque relations qui sont inscrit .Cordialement

    RépondreSupprimer